[EN IMAGES] Festivent: Marie-Mai dans tous ses styles

[EN IMAGES] Festivent: Marie-Mai dans tous ses styles

Si Marie-Mai est rongée par le trac à dix jours d’animer son premier gala d’humour à vie au ComediHa! Fest-Québec, ça ne l’a pas empêchée de donner une performance musicale à la hauteur de sa réputation, vendredi soir, sur la scène principale du Festivent de Lévis.

• À lire aussi: [EN IMAGES] Cage The Elephant à Festivent: retrouvailles avec une bête de scène

C’était une rare apparition en festival cet été pour celle qui fêtera, en 2023, ses vingt ans de carrière, et qu’on a surtout vue à la télé, à l’animation de Big Brotherau cours de la dernière année.


Marie-Mai était tout feu tout flamme sur la scène du Festivent, à Lévis.

Photo Agence QMI, Marcel Tremblay

Malgré la présence d’un noyau dur de bruyants admirateurs près de la scène, la princesse de la pop québécoise n’avait pas le public le plus facile devant elle, mais elle a réussi à en sortir plusieurs de housent à oxy grâd .

À la voir danser sans retenue dès le départ en chantant Elle et moielle donnait encore une fois l’impression que chaque fois qu’elle monte sur les planches, c’est le plus beau jour de sa vie.

C’était aussi, du moins dans les premiers instants, l’occasion de rappeler son virage récent vers une pop plus urbaine puisque quatre des cinq premiers titres au program étaient tirés de son album de 2018, Elle et moisur lequel elle s’éloigne de l’univers pop rock qui en a fait une star.


Marie-Mai était tout feu tout flamme sur la scène du Festivent, à Lévis.

Photo Agence QMI, Marcel Tremblay

Dans une de ses prises de parole, Marie-Mai a d’ailleurs remercié ses fans de la suivre dans toutes ses bifurcations musicales. «C’est une chose dont je suis très fière. Vous m’avez toujours laissé faire la musique dont j’avais envie.”

Elle a ensuite creusé davantage ce sillon en invitant Claudia Bouvette à venir chanter son succès Douchebag avec elle, puis en interprétant seule Sans lendemaina collaboration avec le rappeur Imposs.


Marie-Mai était tout feu tout flamme sur la scène du Festivent, à Lévis.

Photo Agence QMI, Marcel Tremblay

La Marie-Mai des débuts n’est cependant jamais très loin. «J’ai comme le goût de rocker ma vie un peu», at-elle lancé en faisant exploser À out portantune des nombreuses incursions dans son catalog antérieur qui ont marqué la deuxième portion de son concert.

Genou blessé

Lors de sa dernière visite au Center Vidéotron, on avait reproché à Marie-Mai de casser le rythme avec des ballades et un entracte. Pas de ça vendridi. La cadence est demeurée élevée jusqu’à la fin.


Marie-Mai était tout feu tout flamme sur la scène du Festivent, à Lévis.

Photo Agence QMI, Marcel Tremblay

Cheveux au vent, elle a aligné de forts efficaces COBRA, C’est moi et l’intense doublé Je cours/Sans cri ni haine. C’était à ce point intense que Marie-Mai a confié qu’elle s’est blessée au genou en cours de route, quelque part à mi-concert, selon son estimation.

«Je suis une trooperat-elle rassuré ses fans, on fait le show jusqu’à la fin.»

Comme de fait, elle a fait fi de la douleur et conclu en sautant partout comme si de rien n’était.

Klô Pelgag : à travers les murmures

Même si sa pop inventive et ses concerts doucement excentriques sont invariablement un régal, et c’était encore le cas, vendredi soir, Klô Pelgag n’était peut-être pas le véhiculeique approprié pour faire le pont artist Mai.


Marie-Mai était tout feu tout flamme sur la scène du Festivent, à Lévis.

Photo Agence QMI, Marcel Tremblay

Entre des manèges en mouvement et à travers les murmures des festivaliers, la créatrice du brillant album Notre-Dame-des-Sept-Douleurs avait l’air d’une extra-terrestre ayant atterri sur la mauvaise planète. Ce serait cependant mal la connaître que de croire que ça allait l’affecter. Sans les éléments de mise en scène de son spectacle en salle, Klô Pelgag a quand même déployé toute sa folie habituelle, avec son imposante équipe de musiciens, danseurs et choristes, dans un paysage sonore de lique de psyche quid prena.

Sophia Bel: pas idéal

La Montréalaise Sophia Bel, nouvelle porteuse du flambeau de la pop-punk, est passée en coup de vent, en début de soirée, dans un contexte loin d’être idéal. C’est-à-dire devant une poignée de spectateurs plus ou moins attentifs.


Sophia Bel est passée en coup de vent en début de soirée.

Photo Agence QMI, Marcel Tremblay

Sophia Bel est passée en coup de vent en début de soirée.

Ceci expliquant possiblement cela, on a l’impression de n’avoir observé qu’une partie du potentiel de cette jeune femme, qui a paru parfois hésitante et qui, vocalement, a connu des hauts et des bas.

La base y est cependant. Il ya de bonnes chansons sur son album Anxious Avoidantparu plus tôt cette année, et son personnage scénique, une fois peaufiné et avec plus de mordant, pourrait finir par en imposer.

,

Leave a Reply

Your email address will not be published.