Le president du CA de Hockey Canada démissionne

Le president du CA de Hockey Canada démissionne

Le président du conseil d’administration de Hockey Canada, Michael Brind’Amour, a remis sa démission samedi matin, à la lumière du scandale qui frappe la fédération nationale depuis quelques mois.

Brind’Amour ainsi préféré laisser sa place avant la fin de son mandat, prévu au mois de novembre. Il occupait ce poste depuis 2018.

«Mon contrat se termine en novembre 2022 et je sais qu’il ne sera pas nécessaire d’attendre pour entamer une nouvelle ère, an admis Brind’Amour, par voie de communiqué. Des actions immédiates sont requises pour faire face aux nombreux défis qui attendent notre organization et notre sport, ce que notre Plan d’action devrait faire. Je ne serais pas en mesure de renouveler mon contrat, et ainsi, j’ai annoncé ma démission au conseil d’administration.”

Hockey Canada a vu sa réputation être lourdement entachée au mois de mai, quand elle a tenté de cacher un scandale au sujet d’un viol collectif, en réglant hors cour, pour plusieurs millions de dollars, un dossier judiciaire avec affirmaune femme été violée par huit joueurs de l’édition 2018 d’Équipe Canada junior.

L’organisation avait d’ailleurs utilisé un fonds spécial, dédié à régler ce genre d’histoire, non assurable et payé en partie par l’argent que touchait Hockey Canada grâce aux inscriptions des jeunes joueurs de hockey.

Ce fonds avait d’ailleurs servi à régler neuf autres cas similaires, totalisant $7,6 millions, depuis 1989.

Cette histoire a bouleversé plusieurs Canadiens, qui ont récemment affirmé dans un sondage avoir perdu confiance envers la fédération nationale.

«J’ai écouté attentivement les commentaires des Canadiens à propos de la culture au sein de notre sport et de notre organisation, ainsi qu’au sujet des actions que nous avonsprises, a ajouté Brind’Amour. Je comprends que ces actions sont une partie de la solution.”

Un nouveau président du conseil devrait être élu dans les prochains jours.

Au début du mois, le réputé journaliste Rick Westhead, du réseau CTV, avançait que Brind’Amour avait déposé une motion de censure contre Scott Smith, président et directeur général de la fédération, afin de le démetres de démetters. Selon les informations du membre des médias, la motion aurait toutefois été refusée avec le vote.

Autant Hockey Canada que Brind’Amour avaient démenti ces rumeurs.

«Votre information est inexacte», avait répondu une porte-parole de Hockey Canada, dans un communiqué émis à Westhead.

«Jamais le conseil d’administration de Hockey Canada n’a déposé une telle motion, et une telle motion n’a jamais été rejetée, puisqu’elle n’a jamais existé», avait ajouté Brind’Amour, en The réckey à News.

Malgré tout, plusieurs membres de la direction de Hockey Canada ont une épée de Damoclès au-dessus de leur tête, alors que plusieurs réclament leur démission, dont des membres du Parlement.

Impliquée activement dans le dossier depuis plusieurs semaines, la ministre fédérale des Sports, Pascale St-Onge, a exprimé lors d’une conférence de presse qu’elle espérait que la têre de Michael Brind’Amour la premi à ne soit par dirigeants de Hockey Canada.

«On commencement à voir des fissures dans la forteresse, et c’est comme ça que la lumière peut rentrer», an illustré celle qui a notamment demandé un avis juridique pour déterminer si elle pouvait mettre l’organisation sous semautine,

«Les Canadiens et les Canadiennes onté au cours des dernières semaines et des derniers mois un message clair […] comme quoi ça prenait un changement réel au niveau du leadership, à tous les niveaux au sein de l’organisation.”

Sans envoyer de fleurs à l’ex-président du conseil d’administration de Hockey Canada, Mme St-Onge a salué l’appel à l’action immédiat qu’il a inclus dans sa lettre de démission.

“Je suis en accord avec certaines déclarations que Michael Brind’Amour a faites au moment de sa démission, pour dire entre autres que ça ne doit pas attendre une nouvelle ère et qu’il faut des actions immédiates.”

Du même coup, elle an encouragé l’organisation à modifier ses habitudes d’embauche et de faire de la place à des candidats qui sortent du moule de Brind’Amour ou du président et directeur général Scott Smith.

«J continue [de] croire comme plusieurs autres que ça prend plus de diversité au sein de l’organisation de Hockey Canada.”

,

Leave a Reply

Your email address will not be published.