«Les tricheurs»: un golf pour psychopaths

«Les tricheurs»: un golf pour psychopaths

Le cinéaste Louis Godbout a écrit et réalisé une comédie noire avec Christine Beaulieu, Benoît Gouin, Steve Laplante et Alexandre Goyette. Le sujet? Un huis clos sur un parcours de golf…

• À lire aussi: Critiquer Maripier Morin sans la lapider…

• À lire aussi: Télé nostalgie: la télé crée des moments précieux, selon Noémie Leduc-Vaudry

Un huis clos en plein air? Oi. «J’ai commencé à jouer au golf à huit ans avec ma grand-mère qui a été mon partenaire préféré, an expliqué Louis Godbout lors d’une entrevue avec l’Agence QMI. En même temps, je me moque beaucoup des golfeurs, je me trouve moi-même ridicule sur un terrain de golf. Une des choses que je trouve ridicule, c’est que pendant les quatre heures d’une partie, je suis décérébré. Je suis obsédé par la balle. Je me trouve ridicule. On est dans une étendue très vaste, on marche pendant six kilomètres, mais on est enfermé dans sa tête.”

La vedette, celle autour de qui toute l’intrigue s’articule, c’est Florence, incarnée by Christine Beaulieu. Dans le film, elle est la «pitoune», prof de yoga, très zen. Avec son chum, Hubert (Benoît Gouin), et son associé André (Steve Laplante) – les deux hommes ont une entreprise de résidences pour aînés –, ils font leur partie jusqu’à ce qu’un certain Michel (Alexandre Goyeette) se jo à eux et change la donne. Mais le tout est présenté comme une fable noire et grinçante.

«Il ya une dimension inhérente d’ironie dans le golf. C’est un sport ou tout le monde est mauvais puisque c’est difficile, a souligné le cinéaste. Tout le monde est appliqué, tout le monde s’exerce, mais tout le monde rate. C’est un sport où on met beaucoup l’accent sur le “fair-play”, l’étiquette, alors que les joueurs mentent tout le temps, trichent tout le temps, racontent leurs histoires de golf. C’est un théâtre naturel pour une satire du comportement.”

Et les comportements sont absurdes. Comme André avec son caddie téléguidé — «oui, ça existe vraiment», confirment Benoît Gouin et Louis Godbout —, Florence et ses poses de yoga entre deux trous, Michel et ses verres de bière dès qu’il peut ou tien le encore Sén rôle de Sepp, l’employé psychorigide du golf.

«La satire était naturelle. De montrer un terrain de golf en mettant une messe de Mozart dès le début du film donne le ton. On sent qu’on n’est pas en plein réalisme et donc les comédiens peuvent se permettre des fois de dire des répliques qui ne sont pas tout à fait naturelles, à condition de le dire comme s’ils y croyaient», at-il ajo.

Les acteurs ont pu bénéficier de cours de golf et ont pu se préparer pour leurs rôles. Parce que les tricheurs a été tourné à l’été 2020, l’équipe s’est retrouvée “à l’auberge Bromont” seule puisque les chambres étaient fermées au public. Tout le monde se retrouvait constamment, ce qui a permis de développer une complicité incroyable.

Une adaptation pour Christine Beaulieu

«Même si le personnage de Florence est très superficiel, on ne peut pas s’empêcher de douter de son ironie», an indiqué Louis Godbout en faisant référence à «l’ironie naturelle» de Christine Beaulieu.

Florence est aussi professeure de yoga. «Le défi d’interprétation, pour moi, était dans le rythme. Florence est lente, elle réfléchit, elle est très zen, très posée.” Mais le principal défi pour la comédienne a été l’habillement plutôt révélateur de son personnage, ainsi que les poses extrêmement suggestives. «C’est plus facile pour moi de jouer un personnage avec un gros coat d’hiver, je suis très camouflée dans mon personnage. Là, je suis très dénudée, littéralement. C’est une zone où on est plus vulnérable et il fallait que je sois en grande confiance pour pouvoir faire ce que j’ai fait.”

Benoît Gouin a, lui aussi, eu à effectuer un exercice mental pour incarner Hubert, travail qu’il a expliqué en faisant référence au théâtre. «J’ai joué le personnage de Don Juan de Molière et quand on s’attaque à un tel personnage… on essaye de mettre le manteau de Don Juan, mais ça ne marche pas. Puis, un jour, on comprend qu’on est Don Juan. Il a toujours une partie de soi dans un rôle.”

Et Florence n’est pas le seul personnage ambigu — «C’est aussi une psychopathe», a insisté le cinéaste —, les trois hommes ont aussi leurs secrets et leurs névroses. Et tout se révèle sur un terrain de golf. «Personne ne peut échapper à ce qui va être révélé de lui-même», an indiqué Benoît Gouin.

les tricheurs arrive dans les salles du Québec dès le 12 août.

,

Leave a Reply

Your email address will not be published.